J’ai toujours aimé écrire. Il s’agit d’un exercice qui requiert du calme, de la réflexion et dont la pratique, lorsque nous ne sommes pas inspirés, peut s’avérer ardue. Que ce soit pour un simple courrier administratif – par exemple, la résiliation d’un abonnement téléphonique – pour un roman ou dans mon journal intime, mon carnet de bord comme j’aime l’appeler ; je me suis toujours pris au jeu, celui de trouver le mot le plus juste pour matérialiser ma pensée, en évitant les répétitions et les tournures de phrases trop indigestes.

Mais au-delà de l’écriture elle-même, je me suis vite rendu compte que la tenue de mon carnet de bord m’apportait bien plus qu’uniquement la stimulation de ma matière grise.

La verbalisation de nos émotions

Nous subissons tous nos émotions au quotidien. Parfois heureuses, parfois douloureuses, il peut s’avérer difficile de comprendre et de cerner ces dernières. Or, lorsque je prends un peu de temps pour mettre à jour mon carnet, il me faut mettre des mots sur le ressenti de ma journée ou de ma semaine.

Ainsi, verbaliser ce que j’ai vécu, ce que j’ai ressenti pour un évènement particulier, me permet de me pencher sur moi-même, d’effectuer une introspection et ainsi, de mieux comprendre ma réaction. Avec le temps, je me découvre des valeurs, des principes et cela me permet d’appréhender au mieux des situations qui pourraient m’affecter dans le futur.

En outre, cet exercice permet d’extérioriser le trop plein d’émotion avant qu’il ne devienne trop dur à gérer. Tout comme lorsque l’on s’adresse à un confident, notre carnet nous écoute, sans nous juger et nous laisse « vider notre sac ».

Une mémoire immuable

Avec le temps qui passe, notre mémoire s’érode, se modifie, s’ajuste même à l’évolution de notre personne.
Ne dit-on pas que l’on ne garde que les meilleurs souvenirs ?

C’est alors que l’aspect consultatif du journal intime prend tout son sens. Cela permet de se replonger dans notre vécu, de se rappeler des évènements marquants de notre vie. Alors on se souvient, alors on revit, à moindre degré, nos émotions passées. On peut dresser un bilan, constater le chemin parcouru et réajuster le cap pour l’avenir.

Plus qu’une activité cérébrale, plus qu’un confident, un journal intime endosse le rôle d’un conseiller honnête qui intervient lorsque que, petit à petit, notre mémoire fait défaut voire prend certaine liberté avec la réalité.

 

Les formes du journal intime

Traditionnellement, le journal intime prend la forme d’un cahier que l’on rédige de manière manuscrite. Bien sûr, il intègre toutes les libertés du support matériel et l’on peut y écrire, y dessiner, voire y glisser quelques souvenirs comme des photos, une feuille d’arbre séchée et autre ticket de musée.

Toutefois, avec l’évolution de la technologie, le journal intime peut prendre des formes plus diverses et notamment le journal intime en ligne. On peut y écrire depuis plusieurs supports selon le moment, y joindre des photos, des enregistrements audios, des vidéos, des fichiers et j’en passe. On peut même décider de le partager, tout ou partie, à nos proches. Le journal intime digital permet également d’en sauvegarder plusieurs copies, dans des clouds ou sur des serveurs sécurisés.

Vous l’avez compris, outre les nombreux bienfaits de la tenue d’une journal intime, il est aujourd’hui extrêmement facile de trouver le support qui convient le mieux à notre mode de vie. Un des principaux cas d’utilisation de votre Patrimoine Numérique Sécurisé hébergé dans votre compte TechVitam, c’est bien évidemment le journal intime en ligne ;). Avec sa fonctionnalité dédiée, les posts « Non publié » restent entièrement privés et sont propices à la réflexion, l’introspection, l’écriture intime.
Ne perdez plus une minute et commencez à rédiger le vôtre aujourd’hui !

Cédric pour la Team TechVitam 😉 💡